4

Le funiculaire, malgré son age avancé, transporte des personnes sans arrêt.

4

Celui qui admire la beauté d’un panorama est le mètre-étalon des cocus. Il ne regarde plus où il met les pieds.

2
Les arbres, habitants de Beaumont, vivent et s’épanouissent dans le jardin des Palois.
3

La montagne comme point d’ancrage immuable dans nos vies.

2

Lorsque mon regard se tourne vers cette muraille de pierre, je ne peux m’empêcher de penser que je suis face à un autre monde. L’air ne doit pas être le même, l’eau a sûrement un goût différent et les bruits sont probablement d’un autre registre. Chaque jour, je suis dans la confrontation avec ce mur si loin pourtant. Malgré tout, si ma curiosité l’emporte, mes yeux se laissent envoûter par ces formes et ces courbes jusqu’à ne plus penser.

4

Parfois je suis ombres, parfois je suis lumières. Mais ce n’est que quand je suis floue que je me ressens.

3

« Et dans cette story, c’est une photo de moi entrain de tenir un téléphone portable. » Kyan KHOJANDI
A moins d’être isolé du monde réel et pixel, notre vie privée n’est plus, on se renferme dans une illusion, une bulle intime à la vue de tous, pensant que celle-ci est indestructible et n’éclatera jamais.

2

G4
My secret garden

8
Ne cherchez pas à trouver un sens
5

Quelques fois je suis si paisible que j’en oublie presque le monde qui m’entoure. Comme si j’étais en apnée dans une immense baignoire en porcelaine.

1

« Faut s’emmerder, si on veut faire durer le temps. Je peux me regarder des heures dans la glace. Je dégage un ennui épouvantable. Toi tu ne peux pas te regarder parce que tu es gai. Donc frivole. Donc inconséquent. Tu es une bulle. Ta vie court comme une eau vive. Faut dire que la mienne fuit comme un vieux robinet »
Michel Audiard, « L’incorrigible » de Philippe de Broca (1975)