4

«On ne savait plus où regarder. Il y avait les légumes de tous les horizons, les fruits en toutes saisons, les pâtes, les conserves, les plats préparés, les viandes, les biscuits, les fromages, les alcools … On se cassait la nuque à lever le nez pour tout voir, à en oublier de regarder où on marchait.» Ma grand-mère me racontait parfois l’ouverture du premier supermarché de son village. Jusqu’à ce qu’ils ferment son étal au marché.

1

#photosvolées